• Critique Dreams factory T.1 par

    Dans un Londres victorien et steampunk, des enfants disparaissent. Indira travaille dur à la mine pour aider à nourrir sa famille et se révolte quand son petit frère Elliott disparaît à son tour. Mais que peut-elle faire face aux membres de la classe dirigeante?

    La collection Métamorphose offre ici une nouvelle série aux grandes qualités.
    Le scénario de Jérôme Hamon semble nous ramener aux plus sombres histoires écrites par Charles Dickens : travail des enfants dans les mines avec la silicose ou les accidents graves pour conséquences, exploitation des pauvres par les riches, usines sombres où des enfants esclaves assemblent sans relâche des merveilles… Mais, hélas, cela se passe encore dans bien des pays dans le monde du XXIe siècle.
    Heureusement, les graphismes de Suheb Zako accompagnés de la colorisation de Lena Sayaphoum adoucissent un peu ce sombre contexte avec des enfants héros aux traits doux et lumineux bien qu'influencés par l'esthétique des mangas. Les personnages sont expressifs mais réalistes sans exagération outrancière des sentiments exprimés.

    J'avoue que les 2 gardes du corps jumeaux (?) m'intriguent : robots ou humains manipulés. J'espère avoir la réponse dans le 2e tome que je vais attendre impatiemment.

    8

    ginevra - 28 octobre 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Dreams factory T.1 ?
Ecrire une critique