• Critique La farce des Hommes-Foudres T.1 par

    Cela ressemble un peu à une farce en effet, dans le ton décallé, le choix d’un récit assez humoristique.
    Pourtant, la trame de l’histoire ne prête pas à rire.
    1959, le Tibet subit depuis peu l’envahisseur chinois.
    Les notables voient leur intérêt à accueillir ceux qui deviendront les oppresseurs des libertés.
    Seuls quelques nomades, guerriers farouches et libres, continuent la lutte et la résistance, sans soutien du gouvernement en place et du jeune Dalaï-lama, qui croit encore à la négociation.
    C’est dans ce contexte qu’un jeune français réfractaire à la rigidité française, s’invite chez ces nomades et participe bien malgré lui à la lutte.
    La fiction rejoint alors l’histoire, pour permettre à l’auteur sa propre interprétation d’une évasion, une libération qui annonce la prise de conscience d’un peuple, puis du monde, sur ce qui se passe au Tibet.
    L’auteur évite le manichéisme trop souvent de mise entre mauvais chinois et pacifistes et mystiques tibétains.
    Parfois le dessin ne suit pas la verve du raconteur d’histoire, mais le récit, plein de rebondissements, ainsi que les personnages, restent attachants.

    6

    vedge - 03 septembre 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu La farce des Hommes-Foudres T.1 ?
Ecrire une critique