• Critique La mère et la mort / Le départ T.1 par

    La 1e partie de l'album (ou la 2e selon le côté par lequel on a commencé sa lecture) est inspiré d'un conte d'Andersen où une mère va sacrifier tout pour arracher son enfant à la mort. L'autre partie montre une mère qui supplie les dieux de lui rendre son fils.

    L'une comme l'autre auront été trompées car la Mort ne rend jamais vraiment ce qu'elle a pris. Le 1e enfant reste mort, et le 2e est vivant malgré la putréfaction de son corps. 2 situations aussi horribles l'une que l'autre et qui se rejoignent dans la double page centrale en miroir l'une de l'autre.

    Les créateurs sud-américains créent souvent des œuvres qui nous semblent morbides de notre côté de l'océan, mais c'est parce qu'ils ont une relation différente avec la Mort. Je pense d'abord à la gaieté de la Fête des Morts mexicaine le 2 novembre où les familles se réunissent au cimetière pour manger à côté des défunts et où les enfants se régalent de confiserie en tête de mort. Puis à quelques peintres qui ont su mêler vie et mort de façon éclatante, je ne sais pas tous les noms mais certaines œuvres de Frida Kahlo restent dans ma mémoire.

    Ici pas de couleurs éclatantes, Arispe a choisi le noir & blanc qui rend encore plus tristes les actions des 2 mères, actions faites par amour mais vouées à l'échec.

    L'éditeur Le Tripode se présente comme éditeur en "littératures – arts – ovnis" et cet album est effectivement un ovni réalisé avec un papier de grande qualité pour ajouter au plaisir de la manipulation des pages.

    Ne restez pas bloqués par les couvertures et tentez la lecture.

    7

    ginevra - 06 juillet 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu La mère et la mort / Le départ T.1 ?
Ecrire une critique