• Critique Contes ordinaires d'une société résignée T.1 par

    L’auteur turc de BD Erin Karabulut, chef de file de la bande dessinée contemporaine turque décrit, à travers ces contes d’un quotidien revisité dans un univers fantastique, certains renoncements de la société turque qui accepte les dérives actuelles du gouvernement, et des extrémistes de tout poil, politiques ou religieux.
    On n’est pas dans une BD d’humour politique.
    La BD, par l’intermédiaire de contes fantastiques est un cri. Frontal. Habilement déguisé, parfois, par le conte d’anticipation, mais qui hurle son emprisonnement, ses chaînes à briser, sa liberté à recouvrer.
    Le dessin prend plusieurs formes, du réel de la lutte à la douceur des sentiments, jusqu’aux mondes de science-fiction bien imaginés.
    Les contes sont assez perturbants, effrayants, soit par le réel ou l’anticipation qu’ils montrent, pour réveiller nos consciences avec un message sous-jacent.
    C’est en tout cas puissant, dans le dessin et la narration.
    C’est une vrai découverte que cet auteur et Fluide a bien fait de prendre le risque de l’éditer.
    Je conseille vraiment de lire cet ouvrage ; Il ne peut laisser indifférent et devrait provoquer quelque chose chez chaque lecteur.

    7

    vedge - 07 juin 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Contes ordinaires d'une société résignée T.1 ?
Ecrire une critique