• Critique L'obsolescence programmée de nos sentiments T.1 par

    Peut-on encore tomber amoureux à la soixantaine? C'est ce que veulent nous montrer Zidrou et Aimée de Jongh avec la rencontre Méditerranée Solenza, propriétaire d'un magasin de fromages, et Ulysse Varennes, déménageur en chômage de préretraite. Ou comment une rencontre fortuite devient une amitié puis de l'amour.

    Les graphismes d'Aimée de Jongh illuminent tout en douceur cette histoire pas si extraordinaire que cela d'une rencontre à l'âge où beaucoup croient que l'amour n'est plus pour eux. Elle a dessiné ce qui aurait été impossible à montrer il n'y a pas si longtemps : des corps nus et usés par l'âge, un couple de sexagénaires faisant l'amour… La colorisation en tons grisés au début de l'album s'éclaire de plus en plus pour devenir éclatante à la fin.

    J'ai plus de réserves sur la fin du scénario écrit par Zidrou. Le début est superbe et généreux, mais la fin est un peu trop exagérée avec une femme de 63 ans et ménopausée depuis 10 ans devenant enceinte naturellement…

    Mais je mettrai ma logique de côté pour ne penser qu'à la belle histoire d'amour de 2 personnes de ma génération!

    7

    ginevra - 04 juillet 2018

    1 membre aime | Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu L'obsolescence programmée de nos sentiments T.1 ?
Ecrire une critique