• Critique Placerville T.1 par

    Cet album nous plonge dans l’Amérique profonde, en 1951 pour commencer, une nuit au cours de laquelle une mère et sa fille vont faire une étrange rencontre sur le bord d’une route… Cet évènement va être le point de départ ou d’arrivée d’une enquête qui va se passer 65 ans plus tard.

    Mêlant mystère, policier et un peu de frisson pour pimenter, l’histoire nous offre une enquête très prenante et très bien construite. Alternant indices de l’époque actuelle et indices du passé, le puzzle se met tout doucement en place sans qu’on s’en rende vraiment compte jusqu’au dernières pièces. On suit l’histoire des différents personnages qui sans le savoir convergent vers un même point, le dénouement d’un terrible drame. L’album est bien rythmé, l’ambiance pesante à souhait, on se met très rapidement dans l’ambiance.

    Côté graphisme, j’ai particulièrement apprécié le côté noir et blanc de l’album qui donne une authenticité à cette histoire sordide. Les dessins permettent de mettre en avant l’expression des personnages et les décors sont bien réalisés.

    Un bon moment et même une belle surprise pour un album qui ne m’attirait pas forcément beaucoup au début. Le scénario est vraiment bien écrit, bien pensé et on ferme le livre en ayant l’impression d’éteindre la télé, une réussite donc !

    8

    damss - 05 septembre 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Placerville T.1 ?
Ecrire une critique