• Critique Sérum T.1 par

    Un futur, proche ou lointain.
    Gri, triste, où tout semble manquer, l’énergie des hommes et celle à consommer.
    La vérité semble le ciment d’une organisation ubuesque, d’autant plus que la vérité n’est obtenue que grâce à un médicament qui empêche de mentir ; Pourtant, tout le monde sait que toute vérité n’est pas bonne à dire, sous peine de faire très mal.
    Dans ce monde qui exploite vieux et handicapés, dans ce monde qui soumet et surveille, la révolte gronde ; Le rouge incandescent pour effacer le gris et raviver les couleurs, comme le dessin s’en fait écho.
    Mais les révolutions amènent le grand soir, pour se réveiller dans les mêmes matins.
    Les mêmes mensonges permettent à un petit nombre de gouverner sereinement, après comme avant ; rien ne change vraiment.
    Un récit pessimiste superbement illustré.
    Puisse-t-il être vaccin plutôt que sérum.

    7

    vedge - 03 janvier 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Sérum T.1 ?
Ecrire une critique