• Critique L'Iliade (Bruneau) T.1 par

    Le format BD permet à ce récit grec ancien, d’être plus accessible.
    On y apprend, dans la BD et le cahier de fin, très documenté comme c’est toujours le cas dans la série, l’origine de la guerre de Troie, « la pomme de discorde ».
    La déesse de la discorde, Eris, furieuse de n’avoir pas été invitée à un mariage place une pomme d’or au milieu de l’assemblée, en annonçant qu’elle est destinée uniquement à la plus belle femme de la noce.
    Afin de mettre un terme à la zizanie et la cacophonie naissante, Zeus, devant l’obligation de choisir entre sa femme, sa fille et sa tante, reporte le choix sur les épaules d’un petit berger, Pâris ; Il la donne finalement à Aphrodite contre la promesse d’avoir la plus belle des femme du monde, la reine grecque Hélène.
    Pâris n’était pas finalement un simple pâtre mais le fils du roi de Troie, ainsi naît une guerre qui va durer dix ans, où hommes et dieux interviennent.
    Le dessin est adapté à cette reconstitution historique, qui se lit facilement et rempli son rôle de transmission de savoir.

    7

    vedge - 05 mars 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu L'Iliade (Bruneau) T.1 ?
Ecrire une critique