• Critique L'aéropostale - Des pilotes de légende T.6 par

    Parmi les figures légendaires des débuts de l’aviation, il y a ceux, très connus, instruits comme Mermoz, poète tel Saint-Exupéry, qui ont laissé une trace dans la mémoire collective. Puis ils y a ceux de la génération qui les précède, les survivants de la grande guerre, qui ont poursuivi dans les airs et l’aérospatiale, une existence qui ne pouvait plus se contenter du morne quotidien du plancher des vaches.
    Ceux qui, comme Henry Rozes, ont fait preuve de courage, d’un peu d’inconscience et de folie, pour ouvrir les nouvelles routes du ciel au courrier et aux premiers passagers.
    Cette BD rend une justice posthume à l’un d’eux et c’est un hommage mérité.
    Rozes semble avoir mis toute son existence au service d’un objectif plus grand la sauvegarde de sa propre vie : voler.
    Il n’aura pas vu complètement la fin de la deuxième guerre mondiale mais aura pu imaginer le ciel à nouveau ouvert aux oiseaux mécaniques et à leurs passagers.
    Sur un dessin réaliste, cette BD nous mène au cœur d’un homme qui écrit, sans le savoir vraiment peut-être, une partie d’histoire de l’aviation qui a ouvert le champ des possibles pour nous permettre aujourd’hui de voir notre vaste planète comme un tout petit monde.

    6

    vedge - 08 octobre 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu L'aéropostale - Des pilotes de légende T.6 ?
Ecrire une critique