• Critique Jonas Fink T.1 par

    Comme l’explique l’auteur dans la préface très instructive, cette BD regroupe les deux premières parties du roman dessiné Jonas Fink, paru respectivement, pour le Tome 1, « l »enfance » en 1994 et le Tome 2 « l’apprentissage’ en 1997.
    Cette réédition paraît sous le même format et simultanément avec la parution de la troisième partie que l’on attendait depuis 20 ans.
    C’est donc plein de nostalgie et de curiosité rétrospective que j’ai ouvert cette BD.
    Et je n’ai pas été déçu sur aucun point ?
    Le récit rend compte de manière réaliste de l’état d’esprit et de l’atmosphère de suspicion qui pouvait régner dans le Prague des années 50.
    Le dessin, tout en finesse de traits, et en douceur des couleurs n’a pas vieilli.
    Cette précision fait d’ailleurs que ce nouveau format, plus proche d’un roman illustré qu’une BD, ne nuit pas à la lisibilité et la beauté des cases.
    Il est bon parfois de rappeler les errements du passé et combien la culture, la lecture, loin de la pensée unique, sont les ferments de notre futur.
    Je vous conseille donc, si vous avez raté les premières éditions en 1994 et 1997, de lire ce roman dessiné.
    C’est un vrai plaisir de lecture.
    Une manière d’affirmer, encore aujourd’hui, que les livres sont l’avenir de l’homme.

    7

    vedge - 23 janvier 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Jonas Fink T.1 ?
Ecrire une critique