• Critique Les Crannibales T.1 par

    En bref : humour culinaire à rebrousse-poil
    Le journal Spirou, pour plaire à un public de 7 à 107 ans (allongement de la durée de vie oblige) se doit habituellement d’avoir ligne éditoriale sans excès ni de trop grandes prises de risque.
    Au début des années 90, un nouveau rédacteur en chef, Thierry Tirlot, choisit « d’aller vers des séries plus mordantes, plus incisives » pour un public plus adulte.
    C’est comme cela qu’en décembre 1995 les Crannibales, cette famille anthropophage aux dents acérées, fait son apparition dans les pages de l’hebdomadaire.
    On ne lui prédit pas de faire de vieux os, pourtant, le tout jeune scénariste d’alors Zidrou et le le déjà installé dessinateur de Spirou Fournier, dérouleront les aventures renouvelées de cette étrange tribu durant dix ans.
    Au dessin, Jean-Claude Fournier adopte un trait plus nerveux, moins rond que dans ses productions précédentes, changeant aussi de technique en passant du pinceau au feutre.
    La qualité des intégrales Dupuis n’est plus à démontrer, avec des dossiers de début et fin de tome explicitant le contexte de création et d’évolution de la série, en complément indispensable à la réédition en intégrale des œuvres.
    Un bon moment de lecture drôlement iconoclaste.

    6

    vedge - 05 mars 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Les Crannibales T.1 ?
Ecrire une critique