• Critique Yuna par

    Cette trilogie commence de façon très classique : une prophétie annonce que "un enfant sauvé des griffes d'un méchant sorcier doit sauver le monde en retrouvant un objet magique". Avec un tel début, on se dit que l'on va lire une histoire déjà mille fois écrite.
    Pas tout à fait car je pense que Jacques Lamontagne a totalement assumé ses sources : Le seigneur des anneaux de Tolkien (pour le mage Hermeland qui m'a rappelé Gandalf, ainsi que l'assaut de la capitale avec les alliés qui débarquent au dernier moment…), La belle au bois dormant version Disney pour la princesse sauvée qui doit ressortir le jour de ses seize ans (révisez le dessin animé), bien sûr un petit peu de Harry Potter et de plein de contes de fées pour la mise à l'abri de l'héroïne… Mais il y a mis un peu d'humour bienvenu : Yuna a un fichu caractère, l'un des druides est un goinfre incontrôlable, même le méchant fait de l'humour… noir bien sûr (dans le genre : à un messager amenant une mauvaise nouvelle : " tu as de la chance, je suis de bonne humeur, tu ne seras pas exécuté". Et à ses gardes : "Donnez-lui 20 coups de fouet!").
    Ma Yi débutait en BD francobelge et son style est encore très influencé par les mangas, mais il maitrise bien ses personnages, ses décors… et ses monstres!

    Une lecture pas désagréable, mais pas vraiment inoubliable.

    6

    ginevra - 04 mars 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Yuna ?
Ecrire une critique