• Critique La geste des chevaliers dragons T.26 par

    Quand un membre de l'ordre des chevaliers dragons d'Occident rencontre un membre de l'ordre des chevaliers dragons d'Orient, cela doit se conclure par la mort d'au moins un des 2. Mais parfois, nécessité oblige, une trêve peut être conclue le temps de l'attaque d'un dragon. C'est ce qui arrive dans ce tome.

    Il y a plusieurs points que je ne comprends pas bien dans ce tome. D'abord le fait qu'un groupe de chevaliers dragons d'Orient ait passé la frontière pour aller attaquer un dragon, je sais que le Veill ignore les frontières mais c'était aller chercher les ennuis en se frottant à l'ordre d'Occident. Puis l'évocation d'une race ancienne ayant construit des lieux fantastiques dans le désert… ne serait-ce pas simplement l'humanité du passé? Enfin, un point qui m'a beaucoup étonné est le fait qu'Amarelle ait créé 5 autres ordres en plus de celui d'Arsalam. Cela me semble complètement improbable pour quelqu'un d'aussi clairvoyant et qui savait parfaitement que l'empire d'Orient mettrait plusieurs dizaines d'année à se stabiliser.

    Cela dit les dessins de Thibaud de Rochebrune colorisés par l'indispensable Stéphan Paitreau sont superbes. Le désert rocailleux avec ses sculptures est aussi inhospitalier que possible. La citadelle des dames hospitalières est impressionnante et grandioses. Le dragon est impressionnant même si je trouve que sa queue est un peu trop longue à mon avis, elle doit le gêner pour combattre.

    Voici un tome qui fera plaisir à ceux qui veulent voir des dragons se faire tuer et qui plaira aussi à ceux qui s'intéresse au contexte du monde des chevaliers dragons.

    7

    ginevra - 05 juillet 2018

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu La geste des chevaliers dragons T.26 ?
Ecrire une critique