FNAC.COM
  • Critique La geste des chevaliers dragons T.25 par

    Rappel : à côté des apprenties, écuyères et chevaliers dragons, d'autres femmes oeuvrent au sein des divers ordres. Ce sont les ombres expertes en combat, espionnage, séduction… et pots-de-vin. Mais l'ordre des chevaliers dragons d'Orient est trop jeune pour égaler dans ce domaine celui d'Occident. Cela risque d'être un gros handicap dans la guerre, non officielle, qui se déroule entre les 2 ordres.

    Ange a le chic pour surprendre le lecteur en passant d'un thème à un autre au sein de l'univers de la série. Bien sûr, j'aimerais retrouver un gros dragon avec combat épique à la clé, mais j'ai trouvé passionnant cet album alliant manipulations politiques, trahisons, assassinats… et combats contre quelques créatures. On en apprend un peu plus sur l'organisation des ombres et ses valeurs (eh oui, les ombres ont aussi des valeurs morales). Lou, le personnage central, est particulièrement intéressante, tour à tour manipulant et manipulée et se montrant d'une noblesse d'âme rare. L'impératrice de l'Occident ne se remet pas des exécutions de sa sœur jumelle et de son amant qu'elle a dû ordonner et glisse vers la haine absolue d'Amarelle… De quoi avoir quelques albums bien retors dans la suite.

    Martino excelle dans les scènes de combat autant que dans les scènes de lit. Il offre au lecteur de belles nudités féminines avec ces ombres qui n'hésitent pas à user de leurs charmes. Stéphane Paitreau maitrise complètement les codes de la série et sa colorisation renforce l'ombre ou la lumière quand il le faut.

    Ange explore pour le moment les suites de la guerre des Sardes. À quand le retour en arrière annoncé il y a quelque temps?

    8

    ginevra - 04 décembre 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu La geste des chevaliers dragons T.25 ?
Ecrire une critique