• Critique Le plus long chemin de l'école T.1 par

    Avec le film documentaire « Sur les chemins de l’école » en 2013, la scénariste a permis au plus grand nombre de comprendre les grandes difficultés auxquelles doivent faire face certains enfants dans le monde pour accéder à ce qui nous semble à nous une évidence, l’école et le savoir.
    Après le film, cette BD nous conte l’histoire de cinq enfants courageux et déterminés, qui n’hésitent pas à braver les dangers d’un trajet d’une semaine à travers montagne set vallées du Népal, pour atteindre leur école à Katmandou.
    Les premières cases font immédiatement penser à Tintin au Tibet et disent bien la dureté du climat et les dangers encourus.
    On assiste ensuite à leur trajet entre trek sportif et voyage initiatique.
    On ne peut que songer à nos enfants, qui, trop souvent, trainent les pieds pour se préparer le matin afin qu’on les amène en voiture devant le portail de l’école et que l’on récupère le soir et que l’on accompagne dans les devoirs en leur prodiguant aide et conseils en leur donnant toutes les chances.
    Au-delà de l’ouvrage, bien scénarisé et illustré, c’est une formidable claque qui nous est assénée, à nous et nos privilèges.
    Non pas que l’on ne s’en doutait pas, mais voir ce cheminement périlleux mis en images, mieux connaître la vie et les croyances de ces enfants, nous oblige à déciller les yeux et à mieux prendre conscience des inégalités d’accès au savoir et notre extrême chance.

    7

    vedge - 14 septembre 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Le plus long chemin de l'école T.1 ?
Ecrire une critique