• Critique Dark Museum T.1 par

    Âmes sensibles, s’abstenir.
    Cette BD est impressionnante à tout point de vue.
    La série reprend des peintures connues et propose une explication de qui se cache derrière, ce qu’elles ne montrent pas.
    Ce premier tome nous plonge dans une Amérique rurale, touchée de plein fouet par la crise.
    Un cirque vient s’installer dans un village ou tout manque, la nourriture, le travail, l’espoir.
    La suspicion, la rancœur puis la violence se déchaînent.
    D’abord une malheureuse coïncidence fait s’accidenter un véhicule près de la ferme, d’un père, le personnage de droite du tableau.
    Un coup de folie, passagère, s’empare alors de cet homme, jusque-là réduit à la honte de lui-même, ne pouvant pas nourrir et protéger sa famille.
    Puis, cette folie devient durable se partage et croit en folie collective et un business sanglant.
    C’est une BD choc, qui décortique l’engrenage infernal de ces êtres que rien ne prédisposaient à la violence et au cannibalisme et qui vont basculer.
    Lorsque je regarde le tableau, je vois un couple de protestant austères, travaillant dur pour tirer de la terre leur maigre pitance, dans la douleur et la sueur.
    L’explosion de sang, de violence, d’animalité pure et d’autant plus tranchante.
    La BD dérange et bouscule mais n’est-ce pas là son rôle ?

    6

    vedge - 30 mai 2017

    1 membre aime | Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Dark Museum T.1 ?
Ecrire une critique