• Critique Les cent nuits de Héro T.1 par

    En tant que conteuse amateur (j'interviens en hôpital pédiatrique), ce roman graphique étonnant ne pouvait que me passionner. Emule de Shéhérazade, Héro va captiver pendant 100 nuits l'homme qui doit déflorer sa maitresse (aux 2 sens) Cherry suite à un pari avec son époux légitime (qui n'a jamais consommé le mariage).

    Isabel Greenberg continue à décliner sa cosmogonie où le dieu Homme-Aigle est le père de Gamine, la créatrice de la Terre des Débuts. Mais si Gamine souhaite laisser sa création, et en particulier l'humanité, évoluer librement, Homme-Aigle, lui, veut une humanité le vénérant et le craignant. Ses prêtres, les Frères à Bec, vont être les artisans de cette peur… et les bourreaux des femmes libres.

    Le style graphique d'Isabel Greenberg est semblable à celui de "L'encyclopédie des Débuts de la Terre" (http://www.bd-sanctuary.com/bdd/bd/39963-l-encyclopedie-des-debuts-de-la-terre/) mais j'ai trouvé ses personnages moins fins ici.

    À noter que Héro a dû être une des inspiratrices des contes compilés par les frères Grimm et d'autres conteurs… comme le montrent : l'instrument de musique révélateur de crime, la lune disparue ou les princesses usant leurs chaussures en dansant.

    7

    ginevra - 20 mars 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Les cent nuits de Héro T.1 ?
Ecrire une critique