• Critique Stupor Mundi T.1 par

    L'empereur Frédéric II a réuni dans un château des Pouilles une belle "collection" de grands esprits de son époque : médecin, alchimiste, peintre, dramaturge, astrologue, bibliothécaire, botaniste, mathématicien… De grands hommes auxquels vient s'ajouter Hannibal Qassim El Battouti, savant fuyant Bagdad pour fuir des persécutions religieuses. Il est accompagné par sa fille Houdê et son serviteur au visage masqué El Ghoul. Il veut retrouver la formule chimique qui permettra de fixer définitivement les images obtenues par une "camera oscura" sur du tissu.

    Néjib a réussi un coup de maître avec ce roman graphique foisonnant de plein de personnages inspiré de la Grande Histoire et lié à un passé récent (la datation du suaire de Turin au carbone 14).
    Le personnage central est Houdê qui a perdu l'usage de ses jambes suite au choc psychologique lié à la mort de sa mère. C'est elle qui raconte en voix off les évènements non décrits en images ou en bulles. C'est un personnage attachant. Elle est dure et fragile à la fois et n'hésite pas à contrer son père par moments. Des séances de "psychanalyse" (vers 1240-1250?) sous hypnose vont lui permettre de dépasser son traumatisme. Sacré hardiesse de la part de Néjib de nous présenter un moine psychanalyste (ne serait-ce pas se substituer au confesseur?).
    Fréréric II "stupor mundi" a une présence écrasante dans l'histoire sans forcément être présent physiquement. L'Histoire le présente comme un homme cultivé, curieux des sciences et amateur de l'Orient. Il a une démarche scientiste qui convient particulièrement à Hannibal puisqu'il souhaite comprendre et/ou expliquer le monde par les sciences. Mais en cette fin de Moyen-Âge, vouloir expliquer le monde autrement que par volonté de Dieu est une hérésie autant en Occident qu'en Orient.

    Ajoutons à ce superbe scénario, les graphismes fins et expressifs de Néjib parfaitement mis en valeur par une colorisation minimale et nous obtenons un grand roman graphique qui a tout à fait mérité sa place en sélection du festival d'Angoulême 2017.

    8

    ginevra - 12 avril 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Stupor Mundi T.1 ?
Ecrire une critique