• Critique Buck Danny Classic T.4 par

    Cette spin-off de Buck Danny porte bien son nom.
    C’est en effet un récit classique, tous publics, dans la lignée de la série mère.
    Assez manichéen sur le fond, avec des méchants vils et fourbes et des héros sans peur et sans reproche, les tomes 3 et 4 s’attachent à l’immédiate après-guerre, en 1945, qui voit la capitulation du Japon après la terreur sans nom d'Hiroshima et de Nagasaki.
    Ces deux explosions nucléaires marquent un tournant dans le mal absolu que peuvent faire les humains à d’autres humains.
    La guerre s’arrête là, mais d’autres, plus sordides, ont toujours lieu de par le monde que la menace nucléaire n’empêche pas, mais éloigne simplement des pays qui possède l’arme de dissuasion nucléaire.
    Loin des yeux, loin du cœur.
    On prend donc plaisir à lire au premier degré cette série et ce tome 4, où les bons triomphent après bien des péripéties.
    Le duo de scénariste fonctionne bien et propose une histoire qui se tient sur la durée des deux tomes.
    Le dessinateur a su dynamiser le dessin e s’écartant d’un découpage trop classique.
    A la fin du récit, l’Amérique est une fois de plus sauvée par les vaillants pilotes. L’actualité me fait simplement me demander qui, aujourd’hui, nous sauvera du risque américain.

    6

    vedge - 07 juin 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Buck Danny Classic T.4 ?
Ecrire une critique