• Critique Les mondes d'Aldébaran - Survivants T.5 par

    C’est dans ce tome 5 qui clôt le cycle, que le titre « Survivants » prend tout son sens.
    Des 12 personnages atterris par chance sur ce monde chaotique en proie aux sauts quantiques dans le temps, il n’en reste que sept de vivants, même si leur mémoire subsiste dans ceux qui ont pu échapper à bien des dangers.
    Car on peut dire que Léo n’a pas ménagé ses personnages. Enlèvements, saut de 93 ans dans le futur, attaque de bêtes sauvages : peu de choses leurs auront été épargnées.
    Tout cela sur un dessin classique, dépouillé, d’un futur et d’une planète qui ressemblent parfois à la terre, la jungle à celle du pays de l’auteur, le Brésil.
    Seules les étranges créatures, faune et flore confondus, ainsi que les mantisses et leurs émanations, nous téléportent dans un autre univers et un autre système de pensées.
    On retrouve aussi dans cette série, les leitmotiv de Léo : une héroïne décidée, forte mais humaine, maîtresse de sa vie et de ses relations, ainsi que l’importance du collectif sur l’individu.
    La fin du tome nous permet d’envisager une rencontre possible de Manon et de Kim sur Aldébaran, ce qui ne peut que renforcer notre désir de poursuivre avec Léo, les aventures des mondes d’Aldébaran.

    7

    vedge - 04 mai 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Les mondes d'Aldébaran - Survivants T.5 ?
Ecrire une critique