• Critique Les aigles de Rome T.5 par

    Dans cette brume immonde, qui baigne les marais ; L’ultime combat fait rage, en grand écran expansé.
    On dirait un 360° sur deux pages, d’un dessin en 3D ; on voit le sang, la rage, et on entend le bruit, des glaives s’entrechoquer, des lances percent les chairs.
    Un combat fratricide, comme seuls peuvent le faire, ces héros fiers antiques.
    La brume, la brume seule, atténue de son flou,
    l’immense boucherie, de ces barbares fous,
    Furieux d’avoir perdu, leur terre, leur fierté,
    Et qui balayent Rome, gagnant leur liberté.
    Quel dessin ! Quelle puissance ! Quelle force.
    Un dessinateur au sommet de son art qui mène cette série au pinacle.
    La dernière page, sans dialogue, vision dramatique d’un aigle terrassé, du héros impuissant, et du chef germain qui avait espérer pour son peuple de la civilisation de Rome et se trouve rendu à la violence et à la barbarie pour survivre à son gendre.
    Un dramaturgie dessinée qui fait vibrer, craindre et ressentir.
    Un spectacle BD incontournable.

    8

    vedge - 27 décembre 2016

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Les aigles de Rome T.5 ?
Ecrire une critique